Alors que la couche d'ozone fait encore parlée d'elle. Que les glaces des pôles fondent, que la température s'élève. Que nous ne savons pas très bien de quoi sera fait demain si nous ne faisons rien aujourd'hui. Le gouvernement Brésilien veut depuis prêt de trente ans construire un immense barrage sur un afluent de l'Amazone, au risque de mettre le fragile ordre écologique de la forêt amazonienne en péril...

Belo Monte… Un Projet Titanesque

 Electrobras (Cantrais Electricas Brasileiras S .A.), entreprise crée en 1962, est une entreprise d'état (l'Etat Brésilien possède encore 53.9 % des parts de cette société). Elle gère 38% de l'énergie produite au Brésil et a remportée le 20 avril 2010, au travers de sa filiale Norte Energia, l'appel d'offres pour la réalisation d'un Gigantesque barrage Hydroélectrique (3ème plus grand barrage au monde après le barrage des Trois-Gorges en Chine et le barrage d'Itaipu entre le Brésil et le Paraguay). Elle s'est implantée au cœur même de la forêt Amazonienne, malgré la levée internationale de bouclier et les nombreuses critiques quand à l'impact écologique et social qu'il représente.

En effet, une grande partie de l'électricité produite (10 % de l'électricité Brésilienne), devrait alimenter des carrières d'extraction de bauxite ainsi que des usines de transformation de cette bauxite en aluminium.

Le poumon de la Terre en danger

Belo Monte dans l'État de Para, à 3000 km au nord de Rio de Janeiro, sur le rio Xingu dans la forêt Amazonienne, cette forêt tropicale qui s'étend sur 9 pays, dont la France (Via le département de la Guyane), fait partie des plus anciens écosystèmes de la planète (elle a survécu aux diverses périodes de glaciation que la terre a connue). Malgré cela, la forêt Amazonienne, reste très fragile, en effet, nous sommes arrivé à un seuil, où la déforestation l'a amputé de quasiment 40 % de sa surface. Ce point d'équilibre risque à tout moment d'être rompu, car en dessous de ce seuil, l'Amazonie, risque de ne plus pouvoir se régénérer et donc de disparaître.

L'Amazonie et sa biodiversité

Il faut savoir que cette immense biodiversité renferme de très nombreuses plantes reconnues et utilisées dans la recherche contre le cancer, d'autres encore comme la pervenche rose donne d'excellents résultats dans la lutte contre la leucémie enfantine, sans oublier les plantes utilisées pour les traitements de la malaria, le venin d'une vipère sert dans le traitement contre l'hypertension et encore, et encore!

Nous autres Occidentaux importons des milliers de tonnes de ces plantes chaque année pour notre industrie pharmaceutique, sans compter que le patrimoine génétique de la forêt Amazonienne sert aujourd'hui à l'amélioration des cultures alimentaires dans l'augmentation de la productivité ainsi que la résistance aux maladies. De même que le milieu particulier de cette jungle héberge la plus grande diversité d'espèces d'oiseaux, de poissons, d'insectes etc. On estime que plus d'un tiers des espèces de plantes qui peuplent notre planète se trouve en Amazonie.

Objets d'Amazonie (réserves visitables du musée national d'ethnologie) (Image: dalbera / Flickr)

Le combat des enfants de la terre

Un combat qui semblait perdu d'avance s'était engagé entre les indigènes représentés par Raoni, Chef des Kayapos et le gouvernement Brésilien. Dès les premières heures du projet, les indigènes ont lutés (pacifiquement), aidés par de nombreuses personalités du monde artistique et médiatique, Sting (chanteur du groupe Police), James Cameron (réalisateur d'Avatar), les écologistes etc. pour expliquer au monde que la construction de ce barrage, entrainerait la destruction de plus de 1 500 km2 de foret et affecterait la vie de dizaine de milliers de personnes déplacées, la disparition de la vie nomade de nombreuses tribus indigènes, les risques de maladies pour les tribus isolées qui n'ont quasiment jamais eu de contacts avec la civilisation. L'assèchement d'une partie du rio Xingu qui détruira les sources premières de revenues et de nourriture de nombreuses tribus.

Le forcing du gouvernement

Le gouvernement Brésilien faisait de la résistance, "L'Institut brésilien de l'Environnement » (Ibama), est monté au créneau argumentant du fait que non seulement c'était l'assurance pour le Brésil de garantir sa sécurité énergétique, mais que ce projet comportait pour les populations locales de nombreux avantages et compensations économiques et écologiques. Il y a un an de cela, l'Ibama avait même donné une licence provisoire à Electrobas et l'avait autorisé à commencer les travaux d'infrastructure.

Ce sont ici, des sommes faramineuses qui ont été engagées sur le projet, pas moins de 11 milliards de dollars, pour faire de ce projet le troisième plus grand barrage jamais construit d'une puissance de 11 000 MW.

Tableau vegetal 35 X 35 AMAZONIE

Tableau végétal constitué à base de mousse végétale, fougère cuir et fougère parchemin, lierre hedera Cadre en bois blanc 35 cm X 35 cm Notre tableau végétal est un tableau ...

Amazon Annonce

Un ouf de soulagement… - Arrêt ou pause ?

C'est un immense Ouf! De soulagement qu'ont poussé le mercredi 28 septembre, les défenseurs acharnés de la nature et des peuples vivant à Belo monté à l'annonce par la justice fédérale de l'État du Pará d'un ordre d'arrêt immédiat des travaux du barrage, avec interdiction au consortium Norte Ener gia d'altérer de quelque manière que ce soit le lit du rio Xingu.

Alors!!! Arrêt définitif, ou seulement une pause dans la lutte des minorités contre le pouvoir d'un état. Un sujet à suivre de très prêt tant il y a d'enjeux économiques, écologiques et sociaux opposés dans cette affaire…

Belo Monte

Belo Monte

pierrevitrolles, le 4 oct. 2011

Commentaires


   Connexion
Merlin le 2 mars 2012

De 8 millions des indiennes ils ne rest que 300.000. Le plupart etaient tue pendat
la hausse du cautchuc- boom. J´ai ecri un article sur pagewiss - RFA.
Bon chance pur vouz, et merci pour expliquer cette probleme.

Merlin / Pagewizz / Alemagne

Auteur depuis 2 ans
28 pages
Pagewizz sur Facebook
Charger ...
Erreur!